Mercredi 11 août 2010 3 11 /08 /Août /2010 23:30

je viens de rentrer chez toi et tu es en effervescence, j'ai un gros probleme mon chou me dis tu...j'ai un boulot à finir, et j'ai beosin de toi...tu veux bien m'aider?

je ne sais quoi dire, tu passe devant moi en te frottant je sens ton parfum de prés, je suis envouté....oui, je vais t'aider ma puce...dis moi...Tu me guides, je te suis...voilà, j'ai besoin de finir des retouches..je dois raccourcir ceci et ça aussi... tu me montres, je sais pas quoi te dire, je connais rien en couture mais je vois que c'est pas ta taille...
tu me regardes dans les yeux...bon! je vais te demander de faire le mannequin...
heu! ben heu...bon, mais je suis pas vraiment taille mannequin 1m83 et 87 KG...imagine! et là tu me dis...mais ne t'inquiéte pas, c'est pour ma voisine, elle a presque ta taille...un peu plus petite et plus ronde mais bon...je ferai avec, aide moi! je sais plus résister et je te suis. Tu m'aides à me déshabiller, et tu me présentes un fond de robe couleur chair, j'hésite mais tu me rassures...c'est pour voir si cela dépasse! ok, je le fais, tu me souris car en m'aidant tu me caresses et tu sens que je suis émoustillé, sensible, comme une feuille dans le vent je passe presque la robe mais elle est large, dans des coloris style Année 70...un peu flash en viscose...
tu me fais tourner,  je me sens bizare, tu me regardes...tu rigoles un peu...avec de l'imagination me dis tu...tout est possible!!!


je me sens un peu mal à l'aise, mais en même temps emoustillé, tu le sais, tu commences la retouches, cela
dure, tu me fais tourner, tu me galbe, tu me fais prendre des pauses, bref, tu joues avec moi comme une
poupée...mais surtout tu me touches de plus en plus, et au fur et à mesure des soi disant retouches tu ne sait
pas te retenir de me toucher...le gsm sonne..;tu sors un instant pour répondre me laissant seul dans la
chambre...j'ai remarqué que tu avais d'autre vétements de ta voisine, je fouille dans le sac, je trouve des

culottes, des autres dessous comme des bas...bref...d'autres robes, toutes style viscose...je tombe sur une culotte noir satin...très sobre, je ne sais me retenir...retirant tout ce qui me reste de masculin je l'enfile en vitesse.Je suis rouge de honte mais très excité en même temps...je résiste peu de temps avant d'essayer les bas et je ne tiens plus...je
commence à sentir le cri des dessous sur ma peau.
je suis excité à ne plus tenir...mais en même temps je ne sais pas m'arrêter...j'en oublies presque que je suis pas seule et l'instant d'aprés je réalise que tu es prés de moi..;tu me souris...et alors! je rougis de honte! je baffouille et je m'empresse de me déshailler mais tu m'arrêtes...non,non, attends!je suis rouge de honte. expliques moi me dis tu...que ressens tu en t'approchant de moi...une géne, je suis honteux;
tu me demandes de fermer les yeux et de m'assoir;
tu passes tes mains sur mes épaules, tu suis les bords du fond de robe à travers la robe, tu me dessines à
travers...je me sens troublé...voilà, et je sens les tissus qui glisses l'un sur l'autre, j'entends le bruit des étoffes.
attends...laisse les yeux fermés...viens ici, tu me guides vers le lit, je suis assis et tu me fais faces,
regardes pas! bon attends..tu cherches dans le sac et tu retires qqch, et tu me bandes les yeux...

fais moi confiance mon ange...je suis de plus en plus sensible, et tu me palpes...de si de là...tu passes tes mains partout,sous les tissus et dans les plis...tu m'observes, je me sens perdu.viens...je te suis et tu me guides pour m'allonger vers l'oreillé et la je sens le chemin que tu me demandes de prendre, je te suis car je découvre des choses qui me rendent sensible à mourir...tu m'attaches les mains doucement devant moi et avec la ceinture de la robe tu
me bloques ...et voilà!l'instant d'aprés je suis complétement attachés, pieds, mains, chevilles, genoux...et tu dégages mes yeux pour utiliser le foulard pour mes lèvres...je suis excité à fond...et tu es surprise de ressentir un plaisir à me voir perdu sous tes caresses...tu me vois perdre tout controle.TU disparais...et tu reviens en déshabillé et porte
jarretelles prés de moi en prenant le temps de te montrer, je voudrais bouger et je ne tiens pas enplace. tu viens face à moi et entre ouvrant le foulard tu m'offres un téton...je suis exité, j'ai faim de tes bout, je le léches, tu te retiens mais ma langue frénétique ne s'arrête pas, je contourne le mamelon, je le mordille, je le léche, ne tenant plus tu m'offres le
deuxieme..;encore plus sensible tu attrapes ma nuque pour mieux être en contact mais ton plaisir grandi
encore quand tu viens prés de moi et contre moi, tu te frottes à mes mains liés, nous nous embrassons
lentement,longuement...tu joues des lévres, tu m'apprivoises,je suis suspendu,Puis tu me contourne, tu es dans mon dos, je te cherches mais tu me baillones à nouveau, j'aime ça et je me laisse faire...la finesse des tissus de la robe et de ton déshabillé ne savent pas cacher les courbes de ton corps. tes seins frottent mon dos, je voudrai crié mais le baillon est bien mis...tu te loves à moi...tes bas frottent mes jambes gantés aussi, la douceur est intenable...tu me détaches uniquement les mains sans me libérer les bras et un petit déclic froid me fait comprendre que tu m'as passé
des menottes, je dois me rendre à l'évidence..tu veux me faire découvrir ce que tu aimes, mais le pire des
supplices arrive...tu me prends les hanches et tu appuis ton sexe à mes fesses...en me parlant à mes oreilles...tu me dis doucement...tu es à moi mon ange...je gémis car tu me manipules de partout, je ressens tout tes gestes...je suis au abois...tu me tiens contre toi, et tu m'embrasses partout à la fois...me tenant le sexe d'une main...me masturbant
presque à travers le tissus...tu me parcoures, je suis brulant, tu appuis de plus en plus sur mes fesses, je
sens ta chatte me prendre les fesses, je le sens presque dans le ventre...tu me bloques les bras et tu
me fais basculer sur le ventre, et remontant ma robe, tu entre ouvres mes bas et tu me remontes un instant la
culotte, comme un string...je gémis plus fort...et l'instant d'aprés tu m'enjambes comme une monture et me
bloquant les épaules tu te frottes à mes fesses de plus en plus fort...je respires de plus en plus fort aussi.
tu me fais tout ressentir...en douceur, tu me parles tu me mordilles...je n'en peu plus et toi non plus...tu
prends ton gode et tu me dis de te faire confiance...tu le bloques  entre les fesses comme pour le partager et
l'allumant je sens la vibration partout...tu t'appuis dessus...les tissus se frottent à nouveau et je te sens
mouiller...tu coules sur mes fesses...c'est un supplice tellement fort...tu te plaques à mon dos et tu mimes la sodomie, tu jouis presque et te retenant tu t'apperçois que j'aime ton jeu...alors tu continues encore, plus précisement
et me présentant les fesses en l'air tu me caresses partout le dos, tu me fais ce plaisir de ressentir ce
qu'une femme ressens...et je suis en érection constante, cela me tire à en mourir...je suis aux
abois...tu jouis et tu te surprends à vouloir rester en contact comme pour prolonger le plaisir...
tu te relaches sur moi et tu es dans mon dos...je voudrai que tu me libéres pour que je puisses te
prendre car je suis raide, mais tu disparais trente  seconde et un cliqueti me faire sursauter, le bruit d'une boucle, et quelques secondes plus tard, je sens ce dart se présenter...."ne bouge pas"...un petit coup de rein me remet les idées en place et je te sens rentrer en moi! j'hurle de surprise et le froid d'un liquide me fais sursauter, tu t'enfonces et en un instant je suis pris...tu t'arrêtes là et me tenant la tête dans le coussin, tu me pilones lentement...puis tu stoppes net et te retires, je suis sans voix .

Comme ela la prochaine fois, je te prendrais plus longtemps....tu vas devenir ma pute!

tu me débaillonnes...je te demandes de suite de me détacher...je n'en peu plus, j'ai presque jouis!
tu me regardes et me dis...je vais te détacher...pour mieux me ratacher devant a tes barreaux avec le foulard 

du baillon...je ne peux rien faire car tu me bascules sur le dos et la c'est ton jeu de me regarder...tu
plonges sur moi et tu te frottes à mon corps, sentant mon sexe pris dans le tissus, tu aimes?

ho oui!

 et te redessant tu ouvres le haut de robe d'un coup en faisant sauter les boutons! et déchirant presque celle ci, puis tu tire sur le fond de robe et tu me dégage les tétons...la robe de ta voisine!...non!

tu rigoles, non mon ange...c'est la tienne maintenant, je n'ai pas de voisine! je rales...non!...pitié! je
viens de comprendre mais c'est trop tard...je suis pris dans la douceur des tissus je ne sais plus faire marche
arrière mais j'aime ça!

tu me dis seulement...silence mon ange...tu es ma femme pour le moment! je rougis et tu me parcoures de partout
de tes mains...puis remontant ta nuisette et écartant ta culotte, tu me présente ton sexe, je suis avide et
je l'attrape sans discuter, j'en ai envie, je voudrai te sucer comme si j'étais une femme, alors je
m'appliques et tu ne tardes pas à jouir...tu veux te redresser mais c'est impossible, je fais ventouse et je
n'arrête pas;....tu dois te toucher les seins pour compenser la douceur du moment mais à un moment c'est
trop fort!tu arrives à te dégager et tu dégages mon sexe en remontant ma robe et me regardant gémir...tu hésites un moment à le prendre mais après quelques secondes tu m'achéves lentement en me montant...tes balacements de
hanches sont lent et tu me regardes partir, et le moment venu tu me fais jouir et sentant ma giclé
t'innonder...tu m'embrasses...et tu me détaches pas tout de suite...tu continues à garder mon sexe en toi
et sentir mes éjaculations diminuer...donne moi tout me dis tu...je veux tout!je ne sais pas m'arêter de jouir,
et tu continues à ossiller lentement sur mon sexe... je suis en extase...tu finis par te dégager et jouant avec
mes tetons tu remarques que mon érections revient! je te regarde et te demande...tu me détaches?...j'ai
envie de te prendre les fesses comme tu as fais avec moi...tu me réponds desuite..."pas question je t'ai
sodomisé!  maintenant tu es ma femelle! pas l'inverse, toi tu as ma chatte...plus tard tu pourras me sodomiser, mais uniquement devant ma maitresse!
si elle te l'accorde et surtout tu devras lui offrir ton cul, tu serras notre soumis, mais je suis aussi sa soumise...donc tu es notre pute!


Je me masse les poignés, je réalise lentement...je suis devenu leur salope, j'aime ça en plus, mais jusqu'ou iront elles? qui est cette maitresse?

 

Mon ange, attache moi comme je l'ai fait, et fais moi plaisir, tu pourras pas toujours le faire...crois moi, c'est exceptionnel....vas y...profites en!

 

les idées reviennent et je me glisse doucement sous ta nuisette...en tenant tes seins...tu me détaches et à
peine à tu finis que déjà tes mains sont bloqués dans ton dos...puis ta bouche est muette d'un foulard et déjà mes mains parcoure ton corps...et je me frotte à tes reins quand tu réalises la douceur des tissus et le bruit des bas qui se croisent...tu sens que tu vas souffrir de plaisir aussi...surtout que les tissus vont se frotter lentement...tu comprends déjà que tu as aussi pris gout....tu ne sais plus te retenir de vouloir mon sexe;;;;et je te prends lentement.....comme
tu l'as fait avec moi;.;;très lentement...très doucement en te touchant
partout

Par toutenfantasme.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 août 2010 2 24 /08 /Août /2010 22:57

 

tout à commencé à 13 ans, je me vois encore fouillant dans le sac de linge au grenier de ma marraine...je cherchais un chiffon pour essuyer des taches sur la voiture de collection de parrain!

bref, J'avais accès partout, ma marraine m'adorait et je lui rendais bien. Une femme de grande classe et d'une élégance folle...toujours tirée à 4 épingles...une douceur naturelle...

Je cherchais donc et tirant sur les étoffes, je suis surpris de retirer du sac des vêtements propres! Je pensais y trouver des chiffons..mais là! peur de faire une bêtise, je pose quand même la question et la réponse tombe...ce sont des vêtements pour les petits riens!

je ne fais pas de soucis mais en fouillant je tombe sur un fond de robe bordeau, dentelle fine, je suis surpris par la douceur du tissus et la beauté du travaille, je fais l'innocent et le lendemain prétextant autre chose je file au grenier....fouillant mieux je trouve d'autre étoffe, foulards, chemisier satin, jupes viscose, robes à fleur, tout d'une époque 60...70...bref...

le weekend s'achève et faisant la valise avec marraine, je cache au fond ma prise, j'arrive à extirper de justesse mon butin en rentrant à la maison et à le cacher sous le vide du premier tiroir de mon meuble à linge...les mois ce passe et je contemple tous les soirs les étoffes, jusqu'au soir ou je ne résiste plus....pièces après pièces, j'essaie...au point ou après plusieurs weekend, j'avais réussi à me faire une diversité de vêtements qui ne manquait à personne et qui finissait caché par ici ou par là car le butin augmenté au fur et à mesure...je collectionnais précieusement, je contemplais, j'admirais..un plaisir simple, satiné, doux, une sensualité...un délice...ce qui était un jeu innocent devenait de plus en plus torride. Le plaisir de toucher me brulé les doigts, le plaisir solitaire me procurait une étincelle sans pareil car j'imaginais telle ou telle femme, je pouvais les sentir...les utiliser, les toucher sur moi...toutes les tenues possibles se mélangés mais ce qui prédominait été la superposition des matières. Un nylon et une viscose, ou un nylon et du satin...la rugosité d'une bordure en dentelle...la caresse d'une attache de soutien ou d'un porte jarretelle...

je prenais plaisir à sentir la couture du fond de robe glisser sur le bas , j'adorais sentir la jupe glisser sur mes fesses, je m'amusais à feinter des manières de femmes provocantes...j'adorais le mercredi après midi...seule.... à la maison. Quel plaisir à m'habiller de la sorte et à déambuler partout dans la maison...sur la terrasse, un jeu, mais au fur et à mesure, je devenais tactile, au point de sentir l'excitation me gagner à certain moment en effleurant ceci ou cela, jusqu'au jour ou je tombe sur une revue érotique dans une librairie et là c'est a claque...j'ai cette envie soudaine de ressentir ce que je viens de voir...cette femme en satin qui se frotte au tissus et qui pince ses lévres de plaisir...je ressentais déjà cette sensation.

rentrant à la maison je feins de vouloir travailler de suite et dans la chambre je brule d'impatience de trouver la nuit où je vais me transformer en vamp...toucher les étoffes et sentir cette vibration...

Ni tenant plus, j'enfile sous mon pantalon les bas et une nuisette fine blanche satiné...je me rhabille dessus, semblant de rien...mais le repas s'annonce et je dois me changer très vite...trop vite pour que je décide de laisser le tout en place, je m'attable et pendant le repas je commence à sentir une érection pointer, le feutre des bas au contact de la nuisette se froissant sous mes vêtements commence à m'exciter tout le corps, je suis rouge comme une tomate, je n'en peux plus...je jouis resque dans mes bas!

fin du repas je traine pas à rejoindre la chambre puis me dévêtir, mais en même temps je déguste ce moment, je le savoure, je suis à la bordure de la jouissance, tout est sensible, je voudrais graver ce moment ...une fois la nuit je recommence l'expèrience et j'ajoute la touche que j'ai observé dans ce magasine...je fabrique un bâillon et m'attache tant bien que mal les mains, puis passant les jambes dans un mouvement de gymnastique, je les places dans mon dos...je suis obligé de me placer sur le ventre suite à l'exercice physique.

Quelques instant plus tard je suis bloqué sur moi même et je ressens cette excitation qui me reprend,  plus forte, plus précise, je brule littéralement, c'est incroyable, je n'ai rien à faire, je monte tout seule, intenable, le plaisir est immense et dru...les draps s'en souviennent!

le jeu dure...je m'affirme, je ne prends pas de risque, j'ai trop peur de me faire surprendre par qui que ce soit! car à contrario, autant j'aime ce jeu, autant j'aime fleurter avec les filles...je les découvres, je les touches, je connais leur points faibles, leur coutures!! les jointures, je fais jouir ma petite amie en la touchant sur cette couture au point ou elle me mouille le doigts...j'avais 14 ans et elle 17!!!, je comprends  toujours pas les filles qui ne ressentent pas le plaisir de sentir tel étoffes ou telle tenue, telle plaisir à porter cela!!!! bref; sans trop éveiller les soupçons...je continue mes jeux et les petites amies...certaines n'aiment pas la fouille au corps...dans un premier temps..;mais quelques essais les convaincs souvent...je collectionne toujours , je trie, je sélectionne, j'ai 16 ans...je joue au self bondage, la masturbation virile ne m'intéresse que si je n'ai pas le choix..;sinon je prends le temps de jouir dans mes collections! Pavanner dans la douceur, jouir intensément, savourer le moment....mais j'avais honte aussi quelque part, je me sentais pas attiré par les hommes mais en même temps pas comme les hommes....Je ressentais le plaisir qu'éprouve une femme à se sentir désirer...quelle arme! savoir comment retournr le jeu...et j'ai déjà ressenti cette vibration chez plus d'une! les dominantes! les femmes indépendantes, ce gouts du VIXEN? rien de nu, pas de nu! du voile, du désir, de la matière, grandes, petites, fortes, agées, toutes ont cette sensibilités, certaines se cachent et se voilent la face pour être comme les autres femmes! c'est à dire comme les femmes qui aiment les hommes...mais aussi cette sensualité, ce plus! ce sommet incontournable...l'envolé du désir et des sens...enfin....

Arrive l'été, les vacances, mais pas pour mes parents...donc je passe mes journées seule à la maison...jusqu'au jour où je dois me farcir la petite cousine de ma belle mère de france qui vient faire un stage en belgique! pffff! la merde....obligé de donner ma chambre et de migrer dans la chambre de ma soeur!

tout ce passe bien, le mois s'écoule, j'arrive à me contenir, la cousine me nargue, elle est plus agée de 6 ans, pas terrible, mais qqch qui surprend dans le regard...un peu ronde, 40.42., des hanches larges, presque un mec en jupe!!!!....je dirai un peu petite pour sa rondeur...vulgaire en parole, en tenue pas vraiment sexy et pourtant les garçons du coin tournent sur leur moto où dans les cabrios! dernière semaine....je suis heureux, je peux récupérer ma chambre pendant la journée car la petite cousine doit faire la fin de stage à bxl....sauf qu'elle devait rejoindre son copain...et que cela tombe à l'eau...

Ce Mardi là je suis avide de la voir quitter la maison pour prendre son train! et une fois sortie, je fonce, je ré ouvre les tiroirs, je respires les étoffes, un énorme soupir....presque qu'un mois à devoir jouer à la main en m'imaginant ceci ou cela...enfin!!!

une heure de préparation, je me fais le plaisir de passer la totale....jusqu'au corsé, les petites attaches, je jouis à chaque étapes, je savoure, l'instant, je touche, je crêve de désir....que c'est bon cette sensation...le désir......tout est là!!!, c'est intense! je suis sur le lit, je me frotte comme un chat...je glisse, je me touche, puis le baillon, les chevilles, les genoux....les mains...c'est presque l'extase quand ....

surgis dans la chambre tamisée pour mes fantasmes,, qui? Je pense le pire..les parents? Je m'enfonce, je feins de dormir, de ne pas être là...immobile, je respire plus! je sens cette présence. Puis le moment brusque, un plongeon sur le lit et la peur me prend au ventre...je veux réagir mais la pression sur mes bras et très forte! le noeud coulant que j'avais fait se ferme plus, puis le baillon, je suis apeuré! le poids de la personne sur mon dos...je comprends pas mais je suis fait, intenable, pire, fort, précis, intense! La pression constante, les gestes...le corps, féminin, le parfum...les mains qui me palpe, me touchent...me dessine, l'excitation du chasseur,...je suis la proie!

cela dure une longue minute, puis la voix....la cousine...! je veux parler mais je sais que mimauder! et des ordres me sont donnés! tait toi! laisse toi faire! je sens ses mains libérer les chevilles et les genoux....puis le parcoure de ses mains, ma peur disparait mais je reste inquiet, que va t'il se passer, que va t'elle raconter, mais la réponse arrive vite....je sens son bassin collé à mes fesses et son frottement me tire la culotte vers le haut...presque un string! les réflexions pleuvent...elle apprécie la façon dont je porte 'SA' culotte de satin blanc, mon galbe de fesse, elle tarde pas à brusquer ses mouvements et à jouir, à me mouiller, en me tenant le bassin...je sens son plaisir percer la culotte, cela dure un moment puis elle me retourne, m'attache à nouveau les chevilles et me dégageant le sexe, elle commence à me sucer, je suis un peu révulser mais je...... impossible de bouger, elle savoure aussi ...stoppe, je souffre de cette monté et rechute!!! puis elle me surplombe et soulevant sa jupe et retirant à peine la culotte m'oblige à la lécher....cela dure...aussi longtemps qu'elle aime...elle me caresse, me branle, me touche, me fais sentir ma faiblesse...me vide de ma monté en excitation...puis s'empale, oscille rapidement et jouis...me revide avant de pouvoir jouir..., retourne comme une crêpe et me reprend en levrette...ce frotte...je suis inondé! Je n'ai pas le temps de monter...enfin elle ralenti et me regarde....tu es presque à moi me laches t'elle...???!!

je la laisse jouer, mais c'est intenable, elle me masturbe à un point telle que je ne sais pas me retenir! elle me regarde dans les yeux et m'invite à jouir entre ses seins, mouillant sa nuisette et son soutient gorge...elle n'arrêtait plus...me laissant hurler dans le baîllon, elle m'ordonnait, vas y, viens à moi...donne moi tout, laisse toi faire, tu seras comme moi, tu seras ma chose....une fois le jeu fais ,j'imagine pouvoir me libèrer, mais elle reprend du dessert et je passe l'aprés midi à me faire masturber, toucher, elle change de tenue, essais même les vêtements de réserves! je suis dégouté, elle a tout fouillé, tout lu! elle connait mon secret! elle m'a regarder prendre une de ces culottes, elle s'est touchée en m'imaginant! je me sent nu! Violé, mais compris.....

 

je fini l'après midi et nous faisons des promesses, surtout moi...mais je pensais en avoir fini...quand les parents rentrent et que les explications et coups de files pleuvent, j'apprends l'horreur! elle va faire tout ces stages ici! je n'avais qu'une pensée, qu'elle ne dise rien!

tout pouvait s'effondrer! mais j'ai eu l'idée du sciècle, tout faire disparaitre, vite...aucunes preuves!

 

la semaine s'achève, je peux reprendre la chambre, je veux pour faire disparaitre les vêtements mais plus de vêtements!

l'horreur! le weekend ce passe et du dimanche la petite cousine reviens pour la semaine...sourire aux lêvres...et en faisant un bisous de juda devant les parents... à mon oreille...poussin! j'ai tout lavé, et j'ai une surprise pour toi....tu aimes les talons? Les godes? j'ai pris mes tenues que je cache aussi...et une superbe collection de foulards pour t'attacher....des menottes aussi et j'ai tout rasé...pour toi...

elle me mordi l'oreille en parlant et me jure de faire de moi sa femme! je suis rouge! mes parents m'obligent à l'aider à onter les valise! j'obeis et elle s'acharne à chaque marche à baancer ses fesse, soulevant ses sacs pour prendre sa jupe plissée et me montrer ses dessous satin noir caché dans des bas culottes...mon père m'invite même à rester avec elle pour discuter afin de rompre la distance qui existe entre nous! j'en reviens pas! elle dirige tout ici!  

le mercredi suivant fut une épreuve de force mentale, car le jeu à pris un tournant que je ne connaissais pas, choisissant les tenues, et m'aidant à m'habiller, puis m'attachant, docile, je l'aidais, elle prenais un plaisir à ajuster elle même mes bas. puis, elle partait me laissant seule, attaché, livré à ses jeux, sure d'elle. à chaque fois, elle mimodais et  cette fois là , elle à réapparu en nuisette, puis en tailleur, puis en combinaison, enfin en déshabillé..;à chaque fois le jeu de ses mains étaient plus précis, puis ses audaces aussi. m'obligeant à huidifier son gode, elle se satisfaisait puis me faisait lécher son  sexe humide et réhumidifier son gode... je devenais son objet...plusieurs fois lelle me présentit l'objet à mes fesses, je bloqué, peur de la douleur, puis vient le moment où elle se sodomisa devant moi...hurlant de plaisir, "tu veux pas connaitre cela?"...non, mais tu peux te servir de moi comme gode!..jusqu'au jour où j'ai pris le plis de rentrer dans le jeu, tout ce jouait sur le touché, l'excitation, le frottement, la pénétration passive, le jeu prenais une ampleur dingue...une fois son gode se promenait ici ou là, elle jouissait de me voir gémir et me tordre de désir à ces jeux, je crevais d'envie de jouir, cela me tirer de partout, puis je devais serrer l'objet à mes fesses et elle s'empalait dessus, puis je jouissais entre ses seins  ou dans sa bouche, souvent elle me prenait lentement en frottant et insistant sur le moment de l'ajaculation pour me remercier....elle s'empalait ...me faisait jouir en deux trois fois, immobilisé par les liens, tendu par les satins, son plaisir de me posséder, elle me violé la bouche avec son sexe, avec son gode..., les fesses, presque à chaque occasion, elle me demandait de pouvoir me sodomiser, mais je n'ai jamais osé passer le pas,...jusque dans la salle de bain en journée! À la barbe de mes parents.

Nous avons souvent discuté de ses mois de folies, je me sentait femme avec elle et homme avec ma copine de l'époque; je ne me sentais et encre aujourd'hui je ne me sens pas homo, mais par elle et pour elle, j'aurais fait le pas de devenir ce moment quand elle le voulait.

Elle soupira longtemps...parlé de mariage! Préte à me forcer, m'enlever...un délire....sa promesse....ma virginité elle n'a jamais pu me prendre comme elle le voulait pour me donner 'Le plaisir' de l'homme par une femme!mais elle respectait ma pudeur...le dernier jour, elle surgis en pleine nuit, divinement habillée, une longue robe de satin rouge, fendue ...elle ne resista pas au plaisir de m'attacher, mais accepta d'inverser les roles...cette nuit là je portais la nuisette qu'elle aimait et la prenant a son jeu, je l'immobilisais comme elle le fesait vec moi, jambes tendues écartées, je pouvais me livrer à mes jeux de langues à souhait...baîllonnées, bloquées, en jarretelles noir...elle rugi de plaisir pendant prés de deux heures sous ma langue, monté, descente, ses reins étaient en feu, elle jurait de s'être fait prendre....et pour finir la série, elle se mis sur le ventre, mains croisés dans le dos, fermant les menottes elle même....je pris le plis de la prendre lentement, mais son excitation fut telle que je fini par me vider sans arrêt, elle hoquetait de plaisir et pleurait en même temps...je la détachais et elle me demanda pourquoi ne pas l'avoir sodomiser? je n'avais pas osé...et je ne regrette rien...elle pleura d'amour sur mon épaule, je suis ton homme et tu es ma femme me dit elle...si tu le veux...

je veux te prendre ...donne moi ton cul...je te donnerai le mien...aallleeezzzzzzzzzz!!!!! franchi le pas........

 

prés 3 mois de jeux, une fois partie, je ne pensais qu'à cette sensation de douceur de faiblesse, à ses bas, ses jambes, ses tenues, ses corsages, à ses jeux de poupées, je n'en revenais pas...elle me promis le plaisir de se sentir pris, mais la vie l'éloigna momentanément;

puis quelques semaines après son départ, je dus liquider les tenues, impossible de cacher cela plus longtemps...trop de risques....son cadeau....ses menottes...son gode!

nous avons correspondu...mais elle se mis en ménage avec une copine et la jalousie de sa femme fut plus forte que moi...à 20 ans je pensais encore à ses jeux en faisant l'amour à mes copines e du moment....indélébile...........

 

Par toutenfantasme.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 28 août 2010 6 28 /08 /Août /2010 22:06

 

Nous avons ce moment ou tu ne me quittes pas des yeux et ou tu ne sais pas lâcher ma main, cette tension est perceptible dans tes yeux jusqu'à la pointe de tes lèvres. Tu m'a invité à prendre un petit café pour la route mais je ne tiens plus je suis attiré par ta douceur et ta grace, tu portes une jupe légère, et le bruit de tes talons durant la balade que nous avons fait m'a rendu fébrile, tu es divine dans ce manteau trois quart qui recouvre presque tout mais entre ouvert il me laisse voir ce chemisier satiné claire que tu portes...j'adore ça..on devine en étant attentif le bord de ton soutien gorge qui vient s'appuyer dessus...nous sommes rentré et après avoir pris ce café tu veux me montrer quelques photo sur ton pc, je sens ton parfum et je suis envouté ton sourire, tu t'es assises près de moi sur le divan et je n'osais pas t'embrasser mais lorsqu'il y a eu cette échange magique...j'ai perdu toute volonté, que je suis faible sous cette douceur! Tu te diriges vers le pc et nous commençons à regarder les photos...

Tu es assise sur la chaise devant le pc, tu me montres la photo que je n'ai pas su voir, je suis à ton épaule et penché sur toi je regarde attentivement les photos, délicieuse;..tu es magnifique, mais j'ai mon regard attiré sur le bord de ta jupe qui est juste relevé sur le haut de ta cuisse, me laissant apercevoir le bord d'un bas, juste cette petite bordure noir...Tu me regardes sur le coté en passant ta langue sur la lèvre supérieur et en tenant mon bras, tu cherches ce baisé, et pour capturer mon regard tu déposes un délicat baisé sur ma joue. Une douceur m'envahit, mais aussi une envie de te toucher. Je sens tes cheveux à mon cou et je résiste pas longtemps à l'envie de t'embrasser. Un geste provoquant l'autre je décide de ne pas résister et mes mains parcoure ton cou en glissant lentement vers le col de ton chemisier entre ouvert. Je ne sais pas résister non plus à la façon dont tes mains me caressent et comme pour laisser le champ libre, je saisi un foulard que tu avais comme par hasard laissé sur le dossier d'un chaise...je te le présente et tu es surprise mais pas effrayé quand je croise celui ci à ton poigné gauche en y faisant un nœud simple, par contre tu t'étonnes quand je décide de relier tes mains dans le dossier de la chaise. Tu veux te ressaisir mais le noeud final te confire que tu es mal partie...doux mais ferme....et l'instant d'après c'est un second foulard qui vient couvrir tes yeux. La seule parole que tu laches c'est pour exprimer cette injustice! Mes mains te font revenir à la réalité, tu es privé du touché et aveuglée...par contre tu ressens tout mes gestes que je fait en silence...je ne sais pas m'arrêté de te toucher les seins à travers ton chemisier ce qui fait crier les tissus l'un sur l'autre. D'ailleurs ta respiration atteste que tu ne sais pas résister à pareil caresse...ta bouche est demandeuse de mes lèvres et je ne les déçoit pas, elles se touchent lentement et tu sursautes légèrement à chaque atteinte, surprise de celui ci...

finalement je te fais face...tu ne sais pas maitriser tes lèvres et d'ailleurs tu les tords de plaisir....je suis à genoux devant toi et je retire ma chemise, je suis torse nu devant toi. Je pousse l'audace à me placer entre tes jambes, cela te décontenance mais tu acceptes le jeu.

En prenant ta jambe droite, je caresse celle ci...tu ne sais pas te taire et tu me mais en garde: attend! Tu vas pas t'en sortir comme ça! Mais pour le moment, tu es la victime de ma douceur, je parcoure tes jambes l'une après l'autre et mes mains glisse sous ta jupe sans la remonter, elles cherches et à force de se balader finissent par trouver en suivant la dentelle le bord de celle ci. Mais ce serai trop facile de faire cela, en plus je suis en extase devant la douceur de tes dessous, tu as forcé la mise...peut être comme pour te défendre, mais la doublure soyeuse et la douceur de tes bas ne m'ont pas arrêté, même ce porte jarretelle qui m'a distrait un instant car j'adore ce raffinement,mais je bloque sur le triangle de ton entre cuisse, peut être parce que tu pinces tes lèvres encore plus fort où que ta respiration est plus forte ce qui soulève ta poitrine que j'ai simplement dégagé de ton chemisier. Une petite barrière soyeuse, 'est la seule chose qui me sépare de ma destination

C'est une torture pour toi car je contourne tout, mais je profite de la situation. Ce que tu redoutes arrive! Je place tes jambes sur mes épaules, et je retrousse lentement le bord de ta jupe, puis prenant appuis je me guide de mes baisés sur l'intérieur de ta cuisse pour trouver le bord supèrieur d'un bas...et la juste après , une douceur...pour arriver sur ce triangle qui m'a bloqué, tu gémis, c'est insupportable, mais tu cambres le dos pour m'aider et l'instant d'après ma langue à écarté le tissus pour rentrer en contact directe avec ton sexe que tu as légèrement dégarni par coquetterie...

c'est comme une délivrance quand je commence mais très vite une douleur de plaisir t'envahi, mes mains sont remontés sur ta poitrine pour saisir légèrement tes mamelons et en cadence, je m'amuse sur un rithme lent à synchroniser mon contact avec le titillement de tes seins.

Quelque secondes s'écoulent avant que tu relaches ta volonté de résister, mais tu ne sais pas te retenir de gémir, alors pour résoudre le problème , je m'arrête au moment précis ou tu ne sais presque plus te controler, et je retire le bandeau de tes yeux pour venir masquer tes lèvres en les ayant embrassées voluptueusement avant...tu veux protester mais c'est trop tard, tu es écarlate de désir et tu me dis juste : attends!!! je te souris, et refermant le bâillon, je replonge en douceur dans la même position qu'avant, à la différence que tu me regardes en râlant un mot comme nan! Dans le tissus satiné de ce foulard...mais je ne comprends pas alors, telle un obstiné je recommence les même gestes en plaçant tes jambes à nouveau sur mes épaule, puis je disparais pour ré attaquer ce petit triangle!

C'est infernal, et au bout de plusieurs minute de jeu et des coup de reins, tu te relâches, rouge, presque assouvis sauf peut être de mon contact avec mon torse.

Je détache tes mains et tu te redresses en retirant le bâillon que tu as serré entre tes dents pour étouffer tes petits cris...tu te plaques à moi et je ne sais pas faire autrement que te serrer dans mes bras. Tu te retournes pour appuyer ton dos à mon torse et croisant mes bras sur ta poitrine tu réalises l'opportunité de me rendre la pareil....tu fais deux tour de foulard sur mes poignées et te dégageant de mes bras tu me regardes dans les yeux....à mon tour darling! Je suis surpris! Mais je me laisse faire et tu ne serres pas le lien. Par contre tu me guides à travers les pièces et surprise! Tu m'entraine à un terrain de jeu que je ne connais pas....

Nous sommes dans ta chambre et tu m'invites à m'assoir, tu es rose encore à tes joues et surtout décontenancé par mes mains baladeuses qui se baladent encore partout ou elles peuvent aller!

 

Détend toi, je vais passer quelque chose de plus décontracté! Admiratif je te regarde mais tu disparaît de la chambre.

Je retire mes chaussures et l'instant d'après tu réapparais dans un peignoir satiné, tu as gardé tes bas et tes talons haut, je suis admiratif et venant me rejoindre alors que je suis assis sur le lit, tu te glisses dans mes bras et mes mains passent entre le bord de ton peignoir et je constate que tu portes une nuisette mis longue, fendue légèrement à chaque bord et finie d'une dentelle...

tu me souris sur ton exploration et je repasse sur le porte jarretelle, tu souffles et je sens la tension monter à nouveau...je ne sais pas résister à l'envie de t'embrasser et tu le comprends aussi. J'entends que quelque chose glisse dans mon dos, tes mains se croisent sur mon cou, et l'instant d'après tu as grimpé sur le lit pour te retrouver derrière moi!nous assouvissons notre soif de bisous et j'ai tes genoux de part et d'autre de moi et tu te plaques à mon dos, j'ai tes seins, qui rentre en contact directe et tu cherches le confort d'un appuis. Tu es caressante, douce, tu me touches aussi partout, et je ressens cette douceur en plein. Tu es partout à la fois et je me laisse aller à ce désir que tu m'insuffles, quand tu me glisses à l'oreille..donne moi tes mains, j'obeis mais après un instant je réalise aussi que tu sais faire des noeuds mais trop tard, tu m'as à peine attaché ls mains dans le dos quand je sens le tissus rentrer dans ma bouche! «  c'est ça que tu m'as fait? », je ne sais pas répondre et tu n'attends pas d'ailleurs car déjà tes mains prennent possession de mon corps et commence à m'affoler, puis tu me pousses pour que je tombe sur le dos, et je suis obligé de constater que tu as le champ libre aussi, car je suis bloqué appuyé sur mes mains liés! Quand je sens tes lèvres rentrer en contact avec mon cou je mesure enfin l'avertissement que tu m'avais lancé: attends! J'aurai du me méfier...je suis perdu sous la douceur de ton contact, le satin de ta nuisette qui se confond à ton peignoir et tes jambes encore gantées qui se frottent à moi me font déjà frémir! Quel bonheur...

Par toutenfantasme.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 septembre 2010 2 14 /09 /Sep /2010 00:08

 

Après t'avoir suivi comme un espion, attendu Cinq minutes dehors comme demandé, je frappe à la porte, j'ouvre, je retire mes chaussures et là...

je rentre dans le salon, tu me guides de ta voix...par ici....je parcoure la pièce, un escalier....il semble disparaitre derrière ce mur.

Un bandeau rouge traine sur les marches...puis remonte comme un serpent...il glisse sur les marches....il siffle en accélérant sur le parquet. je tente de l'attraper mais je suis trop court, je plonge mais manqué!

la lumière est tamisée dans la pièce, et un déclic lance une chanson,...gost...waouw! tu te plaques à mon dos, et comme pour m'inviter tu me serres contre toi.

Je veux me retourner mais tu me demandes d'attendre, tu me tiens...puis, tu glisses un bout de l'étoffe devant mes yeux et tu serres le bandeau, puis comme une poupée tu me retournes.

mains dans les mains comme un début d'une découverte, tu me guides, la chanson s'engourdie et nous dansons l'un contre l'autre, je voudrai t'embrasser mais tu esquives en riant. Non! C'est moi qui décide! un bisous sur mon menton, sur le nez, bref, tu joues...je balades mes mains sur ton corp, tu portes un peignoir satin. il glisse sous mes doigts, certainement que tu caches des merveilles de lingerie mais je ne sais pas vraiment deviner car tu reprends mes mains pour les plaquer sur tes fesses, j'ai beau faire le timide, tu insistes,...tiens mes fesses stp!

car la seule place autorisé pour tes mains! Étonant, tu aimes quand je caresses tes courbes d'habitude, pulpeuse, généreuse, aucun complexe ne tiens avec moi, j'aime toucher! Tu pourrais être énorme que je te toucherai encore, tu n'as pas compris que j'aime la femme telle qu'elle est!

Je sens les étoffes, un bord de dentelle, une attache de jarretelle, pas de doute, tu as mis le paquet!

Puis tu me bouscules et je tombe assis sur le bord du lit, tu commences à me déshabiller...lentement, bouton après bouton; tu me manges des yeux, j'ai faim de toi me dis tu!

Ensuite tu veux déboutonnes mon pantalon, je veux t'aider, tu insistes...je proteste...le jeu commence...nous roulons, tu te débats, tu me grimpes et me bloque avec tes jambes puis agacée, tu m'intimides! Le ton monte, tu t'imposes comme au judo, j'ai tes cuisses à mon cou, un régale!

Ha bon! tu te laisses pas faire! J'ai envie de t'attacher à mes désirs...

Non!:)

je vais te prendre de toute façon, aujourd'hui je te viole! J'ai envie de profiter d'un homme! Tu vas être ma chose! Tu vas souffrir de mes charmes!

J'ai presque envie de rire! Moi violé, par une femme! Je pouffe! Comment comptes tu faire! Je suis plus fort que toi petite!

Tu veux la réponse?

J'essaie de bouger mais tu forces de tout ton poids sur mes bras, tes genoux écrasent mes bras et tu me bloques le menton avec ton sexe...tu bascules d'un coté et tu passes ma main dans un noeud de pendu, puis de l'autre...tu essais de rapprocher mes bras et tu remarques que je ne sais pas toucher ni l'un, ni l'autre de mes poignées...Voilà mon Chouchou! Tu es à moi!!!!

Je suis tellement absorbé à te titiller le sexe à travers l'étoffe que j'ai pas vraiment réalisé! Ouaip! Pas mal! Bien vu...mais bon...et les jambes! Ha ha! Je te souléve du bassin en me cabrant mais tu te retournes sur moi, et l'instant d'aprés, tu essais de m'immobiliser dans ce rodéo, je rigole car je cherche à te faire tomber.

Je dois rire car tu es bien mal partie! Je commence à chercher à défaire les noeuds coulants des mains...une fois libre, je pourrai retourner la situation...et là!!!

tu te laisses faire! Sinon!

Sinon quoi? La réponse tombe vite, tu glisses un pied en arrière en appuyant directement dans l'entre jambe! Une douleur atroce! Cela me fait tendre les jambes et tu ligatures mes chevilles... Ho! Salope!

Comment,ça? Salope? Tu t'imagines pas combien!!! attends!

tu détaches le bandeau de mes yeux pour me le coincer dans la bouche que tu fourres d'une petite culotte au préalable....ainsi tu ne diras plus de gros mots! Minus!

Tu vas crevé de soif, je vais te vider! Tu descends du lit.

Emoustillé du combat , tu passes de part et d'autre du lit tu étires les liens des mains jusqu'au pied du lit! Merde!crucifié! Merde! Merde! Merde!

Je commence à comprendre que tu rigoles pas, tu savoures! tu luttes...

Et là? Qui dirige l'autre? Hun? Je tire de toute mes forces sur mes bras, mais tu as tendu ça comme un arc! Impossible!

J'essaie de réagir mais c'est impossible; bientôt,je sens mon pantalon partir comme un gant, mes chaussettes disparaitre … je réagis vite pensant gagner de la liberté! Mais tu as prévu cela, tu à retroussé mon jeans jusqu'au genoux et là tu me les bloques avec un foulard bien tendu sous la rotule,le reste du travail est une partie de plaisir...

incroyable! j'ai à peine la possibilité de bouger la tête, tu m'aides à me relever la tête avec un coussin...je suis fini, juste boxer moulant satiné bleu, ridicule! j'ai l'air fin! Rigide par les liens tu savoures le moment...tu me parles à l'oreille...et là? Tu fais quoi? Alors? Grande gueule? Tu veux faire le malin? Tu es à qui? Réponds...oups! Tu sais pas répondre! Dommage! Tu vas me sucer autant que je veux...sinon je te relâche pas, tu es mon mien...ma chose, ma bite!!!! compris!!!

 

je ne sais pas quoi répondre, je dois avouer que je ne sais pas faire autrement.

Mes mains me tirent en arrière à la tête de lit, et à chaque fois que tu bouges...en prenant bien soins de passer sur le buste, tu m'effleures de tes cheveux, tu me souris...je sais juste gémir de la délicatesse que tu emploies pour arriver à me bloquer avant que je sache de nouveau réagir.

j'obeis, mais je rale...quand je suis à la place que tu désires, comme tu le désires et dans la position que tu désires, et tu commences à étirer chacun de mes bras, précisément, parfaitement, je perds le reste de mobilité...tu promènes tes doigts sur mes bras tendu comme un bonhomme qui marche...j'essaie de bouger comme pour tester si l'échappatoire est possible, mais il est trop tard! tu ré attaches déjà mes chevilles ensemble que tu bloques de part et d'autre du lit!

Puis tu remontes vers mon cou, tu me lèches lentement un téton puis l'autre en prenant le temps de me voir monter....je commence à réagir et je sens ton plaisir à la pointe de ta langue...telle une lionne qui savoure sa proie. D'un bond tu viens me narguer le menton de ta nuisette satiné caché sous ce peignoir. Tu te frottes au bâillon comme pour mimer la fellation forcée...mais le jeu t'excite, tu me retires le bandeau et la bourre pour venir écraser ta chatte encore feutré dans ton tanga.

Tu mouilles à travers comme un fruit mure qui perle son eau. Je te reçois, je n'ai pas le choix. Tu m'écrases les lèvres de ton sexe...ma langue essais de passer le tissus en écartant, tu te redresses juste le temps pour retirer ta culotte que tu me plaques sur le nez.

Resprires!!! c'est pour toi que je mouilles...tu n'aimes pas? je cherches à fuir...tu prends appuis sur le cadre du lit et tu reprends ta place sur mes bras, et tu serres les dents de plaisir...allez, lèches!!! c'est intenable, tu me forces la bouche, pour arrêter ton bassin je n'ai pas d'autre choix que de te sucer, longuement, tu prends le temps ..tu m'obliges, tu me caches sous tes satins, je disparais comme une forme sous un drap, tu te retiens un instant avant de jouir, une fois, deux fois, trois fois, mes lévres sont gonflées, j'ai mal, mais tu t'en fous.

D'un coup tu te retournes en me fourrant tes fesses à mon nez et m'écrasant le visage de tes fesses tu m'obliges à recommencer...mais je te sens fouiller mon boxer,...tu sors mon sexe et repoussant le boxer au lien ddes genoux, et tu commences à le lécher, tu l'engloutis complètement, je suis excité à mourir, alors tu arrêtes et tu prends le temps de savourer ma résignation à te lécher, je passe de ton sexe à ton anus, tu frétilles quand ma langue passe sur celui ci, tu précises la zone en plaquant tes fesses plus fortement et en serrant mon sexe dans ta main...je crie dans tes fesses, tu rigoles de plasir, vas y...! plus fort! Encore...rentre ta langue! Je ne sais pas faire autrement, tu es humide de partout tellement tu mouilles à ma bouche...je suis trempé!

Tu rugis! Tu retombes un instant, puis...te retournant vers moi, tu viens me mordre l'oreille...et maintenant je vais te rendre dingue de moi!

Tu commences à te plaquer sur moi, tu frottes tout la douceur de tes dessous sur mon corps et d'un coup tu plonges sur mes tétons...tu ne les laches plus, cela dure une éternité, je sens ta langue faire des jeux précis, tu parcoures mon corps, mes bras de tes mains comme pour mieux ressentir mes vibrations, et je vibres!!!!

j'étouffe sous tes lévres, tu joues, tu titilles, tu recommences...je perds pied! J'en peux plus, on sexe tire! Et l'instant d'après tu me pompes en trois quatre coup de poignés en pleine bouche, en prenant bien soin de pratiquer cette succion sur le bout du gland! Puis la gorge profonde! Intenable, je cherche à me retenir mais tu insistes et je perce! Tu prends tout, je ne sais pas me retenir, tu grondes de plaisir, comme une gourmande...tu me fais jouirà hurler, je ne sais pas résister! Tu me vides...tu insistes, j'ai presque perdu connaissance...puis...tu me relaches et d'un bon tu viens te planter sur mon sexe encore gonflé.

J'en peux plus!

Mais si! Tu vas voir, je vais te briser mon coco! Et tu commences à me chevaucher, lentement pour le début et te retournant, tu tiens mes chevilles attachées et braquant tes fesses...tu m'aspires, cela dure...j'ai envie de jouir mais tu ralentis à ce moment là, tu m'écoutes respirer, jurer, nier!

 

Cela dure, tu prends le temps, frottant tes fesses et tes dessous sur mon corps....et d'un balancement

tu viens me cueillir, profondément, voilà Baby! Tu es à moi maintenant, je sais te faire jouir comme je l'entends...

 

je souffre, je pense reprendre mon souffle mais je suis intrigué par ce bruit, tu en veux encore...à la chantilly cette fois! Je vais crever! Tu me fais un nappage et de la pointe de ta langue tu t'attaques de nouveau à mes tetons douloureux de tes précedentes attaques...Tu es à moi chouchou!!!! à MOI!!!!

Par toutenfantasme.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 septembre 2010 6 18 /09 /Sep /2010 16:18

 

Je ne voulais pas vraiment commencer cette journée comme d'habitude, un coup de fil pour rassurer le boulot, je prend un congé exceptionnel et direction le magasin, je profite de la promotion et je sors avec mon paquet! Quel plaisir, comme un enfant qui vient de s'acheter son cadeau, son jouet préférer et tant convoité!

Je tarde pas à le déballer, et le mettre en charge...me voilà équipé comme un pro, un superbe canon, zoom, grand angle...idéale pour le portrait...

les jours suivant, je me découvre, tout y passe, de la cafetière en passant par la voiture, je photographie tout!

Comme un tireur d'élite, je fais la photo existentielle...bref, je commence à tourner en rond, J'ai envie de faire plus....J'ai justement eu l'opportunité d'aller faire un boock, peut être un peu précipité de me lancer dans ce genre d'aventure, mais en même temps le fun y est!

Arrivé chez elle, nous prenons un café, puis discutant des modalité, ses choix, ses envies, nous partons visiter sa garde robe, elle m'explique qu'elle aimerait poser dans ceci et cela, bref....on en a pour la journée!

Cela s'enchaine très malgré tout assez vite et nous passons de bon moment à boire un verre de vin que j'ai eu la bonne idée de ramener. Quand elle s'approche de moi ou qu'elle passe par dessus mon épaule pour regarder le tirage, je sens son parfum qui flotte, son sein dans cette petite robe qui effleure mon dos...un délice...

La journée ce passe et nous arrivons assez vite au début de soirée, la première bouteille est consommée et je sens la fatigue monter, les yeux se ferment...j'ai besoin de reprendre des forces.

Puis, je la voie tourner en rond comme un chat, elle réfléchit et ose enfin.

Je pourrai te demander de faire quelques cliché plus;..intime!

La formule est bien choisie, et comme j'ai l'âme d'un professionnel aujourd'hui, j'accepte...

La partie devient plus intéressante, on commence à voir une lumière plus sensuelle et une atmosphère plus complice...

les tenues changent peu à peu si bien qu'aprés quelques minutes, j'ai l'impression de faire le calendrier de Chantelle! Un zoom ici, un zoom là....je retrouve ma fièvre.

Un instant, je pousse le bouchon plus loin....

allez, ose, ce sont tes photos, cela reste entre nous et je ne fais pas de double! Elle glisse ver son tiroir et sort un déshabillé super satin, bordé de dentelle. S'appliquant à mettre de l'ordre dans sa tenue, je lui explique le fantasme, mon fantasme...rajoutant une paire de stay up, elle prend la pause.

La pose est suggestive, elle prend l'objectif, la lumière, je fouille dans le tiroir et sort un foulard. De suite le jeu prend de l'ampleur, on passe dans un registre de sensualité incroyable....

C'est alors que je lui propose quelque chose que je n'aurai jamais osé sobre....et à ma surprise, elle est aussi demandeuse.

Le foulard glisse et je commence par lui attacher les mains devant...puis derrière...les cliché s'enchainent et la revue de celle ci aussi.

La réserve est tombée, maintenant elle s'appuie sur mon épaule, écrase complètement ses seins sur mon dos, rigole à mon oreille en me félicitant tout en me serrant dans ses bras.

J'ai dur, très dur de rester de marbre...Elle m'invite à monter le jeu un peu plus haut...un petit talon pour compléter, une robe fleurie sixties en viscose tendance, puis un shorti....un baïllon...je craque;;;

Je commence à prendre plaisir à la voir tendu dans les foulards et comme le manque de matériel devient criant, nous attaquons avec une corde plus robuste...mais d'où vient cette corde? Tant pis, je demanderais plus tard!

Alors qu'elle me demande de l'attacher, je serre un peu plus les mains dans le dos...je passe 2 à 3 fois la corde sous les seins qui resserre le bondage...un autre bout lui bloque les genoux et les chevilles tenues avec les talons haut....

j'ai très chaud...

Elle réclame une photo de champ....puis une de derrière....c'est intenable et passant à raz de ces fesses pour photographier les mains croisées dans le dos...je remarque que me frottant à ces fesses, qu'aucune protestations n'a lieux...sa petite robe fluide comparable à une nuisette frissonne à chaque mouvement, on aperçoit alors le bord des bas tendus...inexplicable comme photo...tout est dans la suggestion et tu en joues. Tu mordis le bâillon pour donner de l'effet à tes gémissements. Sur ce cliché fait de bas en haut on remarque que tu as les joues pourpres, tes fesses pointent en arrière et ta poitrine comprimée dans le tissus de la robe tendu dans les liens et saillante. Tes tétons excités pénètrent les étoffes, compriment encore plus le dessin.

Un pan de ta robe à glissé laissant entrevoir toutes l'humilité de tes dessous craquant, c'est impressionnant de voir autant de sensualité concentré dans un instant. Pour éviter de trop en faire je décide de réajuster ta robe, et ce faisant je viens derrière toi tirer sur le bord qui part bizarrement comme un trapèze, la coupe étant droite, c'est un peu normal

Ma main glisse de son dos à ta croupe offerte, l'humidité de ton sexe m'impressionne, le string semble rentrer dans ton sexe, je passe mes doigts sur le satin de celui ci pour vérifier ce reflet, provoquant un gémissement de plaisir! Je n'y tient plus, je recommence le geste plus gracieusement qui provoque la même réaction. Je continue donc à te masturber à travers l'étoffe, mais, bientôt, mes doigts rentre en contact directe avec ton clitoris complétement dressé. L'étoffe restante de ta culotte à glissé et ton sexe dégarni de ce dernier rempart s'ouvre à mon exploration. M'agenouillant je ne résiste pas longtemps avant de venir gouter le nectar de ton calice...

L'appareil valse sur le lit, mes mains se perdent sur tes hanches offertes....la tentation est trop forte!

Je respire profondément en fermant les yeux, ne pas craquer, non, mais tu viens chercher le contact toi même et si fortement que je suis piègé.

Te menant au bord du lit, je commence à te déguster comme une pêche en léchant cet entre cuisse encore fendu de son string tendu et humide. La rale est profonde, impressionnante; je prend un temps infini à l'explorer de ma langue passant sur tous les orifices, et provoquant des cris malgré le bandeau sur tes lévres. Puis pour te soulager, je retire celui ci...mais elle s'empresse de me demander de le monter sur ses yeux, ce que je fais immédiatement.

Stupeur, je dégrafe mon jeans et sortant mon sexe véneux d'excitation, je frotte mon gland à se joues, ce qui lui fait ouvrir la bouche en grand comme pour attraper l'objet qui s'échappe au bout de sa langue.

N'y tenant plus je te le présente, mais ta ferveur est telle que je dois me retirer si je ne veux pas venir dans sa bouche....non, donne le moi! Je me laisse faire un instant encore. Je voie ton visage masque menton tendu engloutir mon sexe langoureusement, c'est un plaisir non dissimulé...tes bras tendu en arrière t'aide à tenir ta tête en position.

Je t'explique en vitesse le degré d'excitation dans lequel je suis et tu m'invites alors à te prendre.

Inutile de demander deux fois, je repasse à tes fesses et frappant une cuisse bien ronde et fendu de l'attache de tes bas, j'attrape tes poignées liés....présentant mon sexe à ta vulve, je sens qu'elle force à vouloir me sentir en elle; je me frotte sans retenue, tu m'invites encore, mais je veux savourer l'instant....finalement je me présente, une main sur chaque fesse, remontant lentement ta robe pour dégager tes cuisses et écarter définitivement cette culotte rendu inutile. Je la fait glisser en la prenant en crochet dans mes pouces et en suivant la même courbe de chaque coté, lentement, un triangle en tissus se dessine car l'intérieur reste un instant en suspension à ton sexe avant de lacher prise et terminer sa course sur le lien juste au dessus des genoux.

Alors pour donner le change, je jauge lentement ton sexe ....l'entrée étant humide à souhait, je m'enfonce lentement, très lentement, mais en une fois, ce qui provoque chez elle un cri aigue et continue. Je l'impression de démarré une symphonie...

Comme un supplice! Le jeu dure plusieurs minutes, ressortant complètement mon sexe, je recommence la manoeuvre encore et encore. Mais la fréquence augmente car tu danses des hanches...bloquant toujours tes poings, je modifie la prise en m'appuyant d'une main à plat sur son dos et de l'autre tirant tes poignées....augmentant encore la fréquence je commence à rester plus longuement en toi pour arriver à un degré d'intensité où tu es au bord du plaisir, je tire encore un peu plus sur les liens et m'appuie plus largement sur ton dos pour te voir d'un coup rentrer la tête pour hurler dans le coussin sur lequel tu es couchée…..je ne résiste pas non plus et je me vide profondément aussi...tiré entre continuer ou stoppé....finalement je relâche la pression et la débarrassant des différents liens nous retombons sur le lit...essoufflé de cette cavalcade...de cette explosion...

 

une heure se passe, je me suis dévêtu et tu es venu t'appuyer contre mon torse, en baladant tes doigts sur ma poitrine...

Je me suis endormis et tu t'es rajusté, saisissant l'appareil tu me photographie pour me réveiller....j'essaie de réagir mais tu es assises sur moi...me balançant une clé devant les yeux....je comprends alors que tu m'as menotté une main au lit....tu me poses une question en riant....

à ton tour ?

Par toutenfantasme.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus